Ce deal n'est malheureusement plus d'actualité.
TV 65" Philips 65PUS6523 - 4K UHD, LED, Smart TV
68° Expiré

TV 65" Philips 65PUS6523 - 4K UHD, LED, Smart TV

670€730,80€-8% Gratuit GratuitBons plans Ubaldi
11
1 février
PHILIPS - 164 cm 65PUS6523
Téléviseur LED Ultra HD 4K
900 PPI
Pixel Precise Ultra HD
Micro Dimming Pro
TV connecté
Système SAPHI
Galeries d'applications Philips
DTS HDTV numérique Terrestre / Câble / Satellite : DVB-T/T2/T2-HD/C/S/S2

Bon prix.. seulement 72h à ce qu'ils disent.
A vos avis!
Informations supplémentaires

Groupes

11 commentaires
Avatar
supprimé907534
-20€ avec parrainage ! Cumulables !
749€ (fdp in) chez villatech. Je ne trouves pas moins cher.
900 hz bof !
Pas d'ambilight : double bof !!
Elle est pas MicroDiming pro erreur dans la description.


philips.ie/c-p…ons
Pas de P5 pour le traitement de l'image
toto.allezlom01/02/2019 15:19

Pas de P5 pour le traitement de l'image


qu'est ce que cela apporte?
DiaBolo_FrAiSe01/02/2019 15:36

qu'est ce que cela apporte?


P5 PERFECT PICTURE ENGINE, LE PROCESSEUR SURDOUÉ DE PHILIPS


SOURCE PERFECTION, SOURCE « NETTOYÉE ».

Dès la source, le P5 Perfect Picture Engine entre en action pour purifier le flux vidéo en le débarrassant des artefacts de compression et de numérisation. Typiquement il s’agit de l’apparition de franges dans les dégradés : par exemple sur un ciel bleu des « franges fugitives » peuvent faire leur apparition. De même, les regroupements de détails que génère le Mpeg peuvent devenir visibles sous forme d’une image à l’aspect pixelisé sur certaines zones. Souvent les processeurs vidéo introduisent un certain flou sur l’image pour gommer ces imperfections. Le P5 Perfect Picture Engine pratique différemment en travaillant sur 14 bits. Les différents détails de l’image sont recalculés ce qui permet d’éviter l’apparition du flou. De même le bruit de fond général de la source est réduit par l’intermédiaire d’algorithmes spécifiques permettant de discriminer le bruit du signal utile.





Pour le développement du processeur P5 Perfect Picture Engine, la marque Philips a, entre autres, mis l'accent sur le traitement des signaux en provenance du net. Les consommateurs regardent en effet de plus en plus de contenus en provenance d'une plateforme de streaming (Netflix, YouTube…)













PERFECT SHARPNESS, RÉSOLUTION ACCRUE

Le second traitement concerne l’extrapolation de pixels. En effet, les téléviseurs de grande taille et de génération récente disposent tous d’une dalle Ultra HD. Or, de très nombreuses sources, dont la TNT et le Blu‑Ray conventionnel (par opposition au 4K Ultra HD Blu‑Ray), ne délivrent qu’un signal HD. Le téléviseur doit donc systématique « gonfler » l’image HD de 1 920 x 1 080 pixels pour la transformer en une image Ultra HD de 3 840x 2 160 pixels, compatible avec les capacités d’affichage de sa dalle (on parle d’Upscaling). Comme ces deux résolutions sont séparées par un rapport quatre, l’extrapolation la plus simple est donc d’associer à chaque pixel d’une image HD quatre pixels de l’image Ultra HD (cf. illustration ci‑dessous).



Cependant, si le procédé offre une passerelle entre les deux définitions, il n’améliore en rien la qualité de l’image HD de base. Pour aller plus loin, le P5 Perfect Picture Engine se dote de la fonction Perfect Sharpness. Ici, chaque pixel est recalculé en fonction de son environnement. En somme, il s’agit d’un sur‑échantillonnage intelligent qui permet d’offrir réellement plus de finesse à l’image finale. Les contours sont plus lisses, les effets de marche d’escalier disparaissent, ce qui contribue à offrir à l’image une sensation de profondeur et un piqué accru.









PERFECT COLOR, GESTION DE L’ÉCHELLE COLORIMÉTRIQUE

Une autre section du P5 Perfect Picture Engine prend en charge la gestion des couleurs. Ici encore, il faut comprendre qu’appliquer directement le signal vidéo sans correction à une dalle, qu’elle soit LCD ou Oled, est loin d’être l’idéal. Chaque technologie possède ses atouts et ses faiblesses. Pour que le rendu colorimétrique soit satisfaisant et naturel il est souvent indispensable de « distordre » volontairement l’échelle colorimétrique pour l’adapter au comportement et aux capacités d’affichage de la dalle.



De plus, la quantification des couleurs est directement liée au nombre de bits mis en œuvre par le traitement numérique. Plus il est élevé, plus la palette de couleurs sera riche et donc plus la précision dans les teintes intermédiaires sera élevée. Pour une colorimétrie fidèle, le P5 Perfect Picture Engine n’hésite pas à traiter le signal vidéo sur 17 bits, contre 10 bits pour les processeurs d’image conventionnels. Un choix qui lui offre une palette de 2,25 milliards de couleurs. Les teintes les plus subtiles, comme les plus vives, seront ainsi affichées avec beaucoup de réalisme.





PERFECT CONTRAST, DYNAMIQUE DE CONTRASTE OPTIMISÉ

Cependant, la dynamique de contraste joue aussi un rôle majeur dans le ressenti du piqué d’image. La résolution a elle seule ne suffit pas et seule une image associant des noirs profonds à des blancs éclatant offre une sensation de naturel. L’apparition de la fonction HDR, High Dynamic Range, est l’illustration de ce fait. Ici encore le P5 Perfect Picture Engine intervient pour renforcer la dynamique des contrastes en adéquation avec les capacités de restitution de la dalle du téléviseur (cf. notre test du TV Philips 55POS9002, en cliquant sur sa référence, pour apprécier les capacités tout à fait exceptionnelles du P5 dans le domaine).



Le traitement sera différent en fonction de son type. Sur les écrans Oled, il exploitera pleinement la profondeur de leur noir alors que sur ceux dotés de la technologie LED, c’est leur forte luminosité qui sera mise en avant. Deux approches différentes, mais convergeant vers un même but : accroître la dynamique globale des contrastes. Ainsi, offrir aux zones sombres un noir plus profond sans pour autant « boucher » les détails, tout en évitant de « brûler » les zones les plus claires, procure aux contrastes une dynamique saisissante.




L'une des nouveautés du traitement P5 Perfect Picture Engine concerne sa polyvalence. Développé spécifiquement pour les dernières technologies d'affichage, le P5 est capable de s'adapter à une dalle LCD ou Oled pour en exploiter pleinement les caractéristiques.

PERFECT MOTION, FLUIDITÉ SUR LES MOUVEMENTS


Enfin, cinéma et vidéo n’ont jamais fait bon ménage en termes de fluidité des mouvements. En Europe, il faut passer de 24 images par seconde (les films sont projetés en salle à cette cadence) à 50 images par seconde (l’affichage du nombre d’image par seconde sur un téléviseur, cf. notre paragraphe Traitement vidéo, un concept presque aussi ancien que le TV en début de ce dossier). Durant de longues années le film était simplement lu à 25 images par seconde, donc légèrement accéléré, et la fluidité restait pratiquement fidèle à celle proposée en salles obscures. C’est le son qui subissait le plus de séquelles en grimpant d’un demi‑ton vers l’aigu à cause de cette conversion.



Aux états unis le problème était beaucoup plus délicat puisqu’il fallait passer de 24 images par seconde à 60 images par seconde. Pour cela, deux images du film étaient lues, puis une pose d’une image s’opérait, puis de nouveau deux images étaient de nouveau lues, etc. Cette succession de deux images, une pose, conduisait à un niveau de saccade important devenant particulièrement désagréable sur les mouvements rapides ou, pires, sur les travellings. Dans certains cas, des dédoublements d’image peuvent même se produire. À ce sujet, l’arrivée en 2006 du Blu‑Ray encodé en 24p, donc à 24 images par seconde, a remis tout le monde au même niveau en posant de sérieux problèmes aux téléviseurs n’étant pas conçus pour gérer ce format. Quoi qu’il en soit, le choix de 24 images par seconde est lié aux contraintes technologiques de l’époque de l’apparition du cinéma. La vidéo, pour sa part, nous a rapidement habitués à des cadences de 50 images par seconde et donc à des mouvements beaucoup plus fluides. Ici encore le P5 Perfect Picture Engine propose de résoudre ce problème.



L'un des domaines d'excellence du traitement vidéo P5 Perfect Picture Engine concerne la compensation de mouvement. Le résultat, même avec un signal Ultra HD/4K est naturel et sans artefacts de mouvement. Une vraie prouesse !

Sa fonction Perfect Motion a pour mission de recalculer trois images intermédiaires entre deux images du film. Pour cela la direction du mouvement de chaque élément d’image est estimée et des pixels sont recalculés afin de reconstituer ces images intermédiaires. Sur une source film la cadence des images se trouve ainsi portée à 96 images secondes (24 + 3 x 24), pour une source vidéo elle passe même à 100 images par seconde (25 + 3 x 25). Une cadence directement compatible avec la technologie 100 Hz et qui offre une fluidité de mouvement encore jamais atteinte.







Le processeur P5 Perfect Picture Engine offre ainsi au traitement vidéo une nouvelle dimension. Conçu en adéquation avec le type de dalle qu’il a pour mission de piloter et développer pour optimiser chacune des composantes de l’image, il offre un réalisme et un confort de vision inédit. Disponible cette année sur les séries TV PUS7502, PUS8602 et PUS9002, Philips a prévu de doter de la puce P5 Perfect Pixel Engine un plus large éventail de téléviseurs en 2018.



Et pour répondre à la première question posée au début de ce dossier : oui, avec le processeur P5, Philips est bien parvenu à reprendre l’avantage au niveau du traitement d’image face à ses concurrents. Philips est définitivement de retour !
J'adore la photo de la nana en skate...
J'avais jamais vu a quel point les personnages en mouvement dans les films etaient flou sur toutes les TV sans P5 lol...
toto.allezlomil y a 2 h et 30 min

P5 PERFECT PICTURE ENGINE, LE PROCESSEUR SURDOUÉ DE PHILIPS[Image] SOURCE …P5 PERFECT PICTURE ENGINE, LE PROCESSEUR SURDOUÉ DE PHILIPS[Image] SOURCE PERFECTION, SOURCE « NETTOYÉE ».Dès la source, le P5 Perfect Picture Engine entre en action pour purifier le flux vidéo en le débarrassant des artefacts de compression et de numérisation. Typiquement il s’agit de l’apparition de franges dans les dégradés : par exemple sur un ciel bleu des « franges fugitives » peuvent faire leur apparition. De même, les regroupements de détails que génère le Mpeg peuvent devenir visibles sous forme d’une image à l’aspect pixelisé sur certaines zones. Souvent les processeurs vidéo introduisent un certain flou sur l’image pour gommer ces imperfections. Le P5 Perfect Picture Engine pratique différemment en travaillant sur 14 bits. Les différents détails de l’image sont recalculés ce qui permet d’éviter l’apparition du flou. De même le bruit de fond général de la source est réduit par l’intermédiaire d’algorithmes spécifiques permettant de discriminer le bruit du signal utile.[Image] Pour le développement du processeur P5 Perfect Picture Engine, la marque Philips a, entre autres, mis l'accent sur le traitement des signaux en provenance du net. Les consommateurs regardent en effet de plus en plus de contenus en provenance d'une plateforme de streaming (Netflix, YouTube…)PERFECT SHARPNESS, RÉSOLUTION ACCRUELe second traitement concerne l’extrapolation de pixels. En effet, les téléviseurs de grande taille et de génération récente disposent tous d’une dalle Ultra HD. Or, de très nombreuses sources, dont la TNT et le Blu‑Ray conventionnel (par opposition au 4K Ultra HD Blu‑Ray), ne délivrent qu’un signal HD. Le téléviseur doit donc systématique « gonfler » l’image HD de 1 920 x 1 080 pixels pour la transformer en une image Ultra HD de 3 840x 2 160 pixels, compatible avec les capacités d’affichage de sa dalle (on parle d’Upscaling). Comme ces deux résolutions sont séparées par un rapport quatre, l’extrapolation la plus simple est donc d’associer à chaque pixel d’une image HD quatre pixels de l’image Ultra HD (cf. illustration ci‑dessous).Cependant, si le procédé offre une passerelle entre les deux définitions, il n’améliore en rien la qualité de l’image HD de base. Pour aller plus loin, le P5 Perfect Picture Engine se dote de la fonction Perfect Sharpness. Ici, chaque pixel est recalculé en fonction de son environnement. En somme, il s’agit d’un sur‑échantillonnage intelligent qui permet d’offrir réellement plus de finesse à l’image finale. Les contours sont plus lisses, les effets de marche d’escalier disparaissent, ce qui contribue à offrir à l’image une sensation de profondeur et un piqué accru.[Image] PERFECT COLOR, GESTION DE L’ÉCHELLE COLORIMÉTRIQUEUne autre section du P5 Perfect Picture Engine prend en charge la gestion des couleurs. Ici encore, il faut comprendre qu’appliquer directement le signal vidéo sans correction à une dalle, qu’elle soit LCD ou Oled, est loin d’être l’idéal. Chaque technologie possède ses atouts et ses faiblesses. Pour que le rendu colorimétrique soit satisfaisant et naturel il est souvent indispensable de « distordre » volontairement l’échelle colorimétrique pour l’adapter au comportement et aux capacités d’affichage de la dalle.De plus, la quantification des couleurs est directement liée au nombre de bits mis en œuvre par le traitement numérique. Plus il est élevé, plus la palette de couleurs sera riche et donc plus la précision dans les teintes intermédiaires sera élevée. Pour une colorimétrie fidèle, le P5 Perfect Picture Engine n’hésite pas à traiter le signal vidéo sur 17 bits, contre 10 bits pour les processeurs d’image conventionnels. Un choix qui lui offre une palette de 2,25 milliards de couleurs. Les teintes les plus subtiles, comme les plus vives, seront ainsi affichées avec beaucoup de réalisme.[Image] PERFECT CONTRAST, DYNAMIQUE DE CONTRASTE OPTIMISÉCependant, la dynamique de contraste joue aussi un rôle majeur dans le ressenti du piqué d’image. La résolution a elle seule ne suffit pas et seule une image associant des noirs profonds à des blancs éclatant offre une sensation de naturel. L’apparition de la fonction HDR, High Dynamic Range, est l’illustration de ce fait. Ici encore le P5 Perfect Picture Engine intervient pour renforcer la dynamique des contrastes en adéquation avec les capacités de restitution de la dalle du téléviseur (cf. notre test du TV Philips 55POS9002, en cliquant sur sa référence, pour apprécier les capacités tout à fait exceptionnelles du P5 dans le domaine).Le traitement sera différent en fonction de son type. Sur les écrans Oled, il exploitera pleinement la profondeur de leur noir alors que sur ceux dotés de la technologie LED, c’est leur forte luminosité qui sera mise en avant. Deux approches différentes, mais convergeant vers un même but : accroître la dynamique globale des contrastes. Ainsi, offrir aux zones sombres un noir plus profond sans pour autant « boucher » les détails, tout en évitant de « brûler » les zones les plus claires, procure aux contrastes une dynamique saisissante.[Image] L'une des nouveautés du traitement P5 Perfect Picture Engine concerne sa polyvalence. Développé spécifiquement pour les dernières technologies d'affichage, le P5 est capable de s'adapter à une dalle LCD ou Oled pour en exploiter pleinement les caractéristiques.PERFECT MOTION, FLUIDITÉ SUR LES MOUVEMENTSEnfin, cinéma et vidéo n’ont jamais fait bon ménage en termes de fluidité des mouvements. En Europe, il faut passer de 24 images par seconde (les films sont projetés en salle à cette cadence) à 50 images par seconde (l’affichage du nombre d’image par seconde sur un téléviseur, cf. notre paragraphe Traitement vidéo, un concept presque aussi ancien que le TV en début de ce dossier). Durant de longues années le film était simplement lu à 25 images par seconde, donc légèrement accéléré, et la fluidité restait pratiquement fidèle à celle proposée en salles obscures. C’est le son qui subissait le plus de séquelles en grimpant d’un demi‑ton vers l’aigu à cause de cette conversion. Aux états unis le problème était beaucoup plus délicat puisqu’il fallait passer de 24 images par seconde à 60 images par seconde. Pour cela, deux images du film étaient lues, puis une pose d’une image s’opérait, puis de nouveau deux images étaient de nouveau lues, etc. Cette succession de deux images, une pose, conduisait à un niveau de saccade important devenant particulièrement désagréable sur les mouvements rapides ou, pires, sur les travellings. Dans certains cas, des dédoublements d’image peuvent même se produire. À ce sujet, l’arrivée en 2006 du Blu‑Ray encodé en 24p, donc à 24 images par seconde, a remis tout le monde au même niveau en posant de sérieux problèmes aux téléviseurs n’étant pas conçus pour gérer ce format. Quoi qu’il en soit, le choix de 24 images par seconde est lié aux contraintes technologiques de l’époque de l’apparition du cinéma. La vidéo, pour sa part, nous a rapidement habitués à des cadences de 50 images par seconde et donc à des mouvements beaucoup plus fluides. Ici encore le P5 Perfect Picture Engine propose de résoudre ce problème.[Image] L'un des domaines d'excellence du traitement vidéo P5 Perfect Picture Engine concerne la compensation de mouvement. Le résultat, même avec un signal Ultra HD/4K est naturel et sans artefacts de mouvement. Une vraie prouesse ! Sa fonction Perfect Motion a pour mission de recalculer trois images intermédiaires entre deux images du film. Pour cela la direction du mouvement de chaque élément d’image est estimée et des pixels sont recalculés afin de reconstituer ces images intermédiaires. Sur une source film la cadence des images se trouve ainsi portée à 96 images secondes (24 + 3 x 24), pour une source vidéo elle passe même à 100 images par seconde (25 + 3 x 25). Une cadence directement compatible avec la technologie 100 Hz et qui offre une fluidité de mouvement encore jamais atteinte.[Image] Le processeur P5 Perfect Picture Engine offre ainsi au traitement vidéo une nouvelle dimension. Conçu en adéquation avec le type de dalle qu’il a pour mission de piloter et développer pour optimiser chacune des composantes de l’image, il offre un réalisme et un confort de vision inédit. Disponible cette année sur les séries TV PUS7502, PUS8602 et PUS9002, Philips a prévu de doter de la puce P5 Perfect Pixel Engine un plus large éventail de téléviseurs en 2018.Et pour répondre à la première question posée au début de ce dossier : oui, avec le processeur P5, Philips est bien parvenu à reprendre l’avantage au niveau du traitement d’image face à ses concurrents. Philips est définitivement de retour !


Merci pour la lecture
Dalle TFT = Tu Fuis cette Télé ?? ... Sérieux on peut savoir ce qu'on achète ???
Laisser un commentaire
Avatar
@
    Texte