Bisphénol A, bisphénol B

0
17 mars 2021
On pensat ien avoir fini avec le bisphénol dans nos assiettes !

En 2017, neuf ans après le Canada, l’Europe déclarait non-grata le bisphénol A (BPA) au motif que cette substance chimique, utilisée pour tapisser l’intérieur des canettes, des boîtes de conserve ou des bonbonnes des fontaines à eau, était à la fois reprotoxique et un perturbateur endocrinien.
C’est ce qu’avaient montré une palanquée d’études menées sur les rats par des chercheurs de l’Institut national de la recherche agronomique, qui avaient même constaté que les jeunes lapins généreusement nourris au bisphénol A devenaient impuissants.
Un comble pour des lapins ! Afin de ne pas renoncer à ce produit magique qui permet d’assouplir le plastique, l’industrie du plastoc s’est lancée dans une véritable guérilla juridique.
En France, par exemple, le lobby européen des fabricants et importateurs de plastique a saisi,en 2015, le Conseil constitutionnel pour contester l’interdiction du BPA dans les contenants alimentaires.
Deux ans plus tard, les mêmes plasturgistes traînaient l’Agence européenne des produits chimiques devant la Cour de justice de l’UE. Si les industriels défendent avec tant d’ardeur le bisphénol A, c’est parce que les seuls produits de substitution sont des composants de la même famille chimique.
Tel le bisphénol S,dont l’industrie chimique reconnaît avoir utilisé, l’année dernière en Europe, entre 10 000 et 100 000 tonnes, y compris dans les contenants alimentaires. Avec comme seule restriction un taux de migration dans la boustifaillene devant pas dépasser 0,05 mg/kg.
Plusieurs études ont pourtant révélé qu’il était tout autant un perturbateur endocrinien que son cousin le A.Un autre membre de la famille, le bisphénol B, donne du mouron à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, qui vient de proposer à Bruxelles de le classer lui aussi parmi les « substances extrêmement préoccupantes ». Une cochonnerie dont on détecte des traces dans le sang des Européens.
Explication : bien que le BPB ne soit pas utilisé sur le Vieux Continent, on en retrouve dans les canettes et les boîtes de conserve importées, sans que sa présence soit jamais mentionnée sur l’étiquette. Toujours pas de plan B, donc,pour le bisphénol


Source: Le canard enchaine du mercredi 17 mars 2021 lecanardenchaine.fr/
Abonnement: lecanardenchaine.fr/abo…nt/
Informations supplémentaires
Blabla
Discussions
Laisser un commentaire