Réduflation : Comment l'industrie agroalimentaire tente de berner le consommateur

22 septembre 2022 (il y a 21 h et 55 min)
2410566_1.jpg
Si vous suivez un peu l’actualité, vous avez peut-être entendu ce charmant néologisme : “shrinkflation” (de shrink en anglais : réduire, et flation : inflation) francisé en “réduflation”.

Alors qu’un des “sports” de l’industrie agroalimentaire était jusqu’à présent de “gonfler” artificiellement la masse et le volume de certains produits en y ajoutant eau, agents de texture et autres additifs afin de faire de substantielles économies sur les produits finis, une nouvelle “mode” semble prendre le relais.

Cette fois-ci, l’idée est de réduire de façon quasiment imperceptible les quantités de produits tout en conservant le prix d’origine ou en l’augmentant très légèrement.

Le consommateur n’a ainsi pas l’impression de dépenser plus, la bouteille de soda par exemple, est plus ou moins au tarif qu’il a l’habitude de payer. Pour autant, il aura en réalité moins de produit et paiera donc mécaniquement plus qu’avant à quantité égale.

Si cette pratique touchait au départ les grands acteurs des boissons gazeuses, qui, impactés notamment par la hausse de la taxe soda en 2017 et du coût des matières premières, avaient décidé de réduire la taille de leurs bouteilles (passage de 2L à 1.75L et de 1.5L à 1.25L en 2018 chez Coca Cola par exemple), on assiste à une accélération de ce phénomène.

2410566_1.jpg
Les portions de certains chocolats, fromages ou encore sucres en poudre ont commencé à “fondre” depuis 2019 comme l’alerte l’organisation à but non lucratif Foodwatch France.

Avec le contexte actuel de hausse du prix des matières premières, du coût des transport et de l’énergie, la tentation d’augmenter les prix tout en rendant l'opération quasiment invisible aux yeux du consommateur est tentant pour les multinationales.

Si le procédé n’est pas interdit par la loi (à condition que les quantités et le prix au kilo soient correctement renseignées), beaucoup d’associations de consommateurs souhaiteraient que les changements de format soient clairement indiqués afin de ne pas “tromper par omission” les acheteurs.

Foodwatch France propose d’ailleurs de signer une pétition en ligne pour que les industriels soient tenus d’informer correctement les consommateurs.

Vigilance donc lorsque vous ferez vos courses, pensez toujours à vérifier la contenance de ce que vous achetez (certaines bouteilles de jus de fruit ne contiennent par exemple que 90 cl alors que le format habituel est de 1L) et bien entendu jetez toujours un oeil au prix au kilo, au litre ou à la pièce afin de ne pas être lésé.

N'hésitez pas à partager en commentaire les "anomalies" que vous avez pu observer lors de vos emplettes.
Informations supplémentaires
Écrire un commentaire

40 commentaires

triés par
Avatar
  1. Avatar
    Franchement on a l'impression que c'est les entreprises qui se font le plus de thunes qui essaient toujours de gratter par ci par là ... Comme le dit l'adage, c'est ceux qui ont le moins qui donne le plus et ceux qui ont le plus qui donne le moins, paradoxalement.
    Avatar
    Faut bien payer la masse salariale des mecs qui pensent à ce genre de choses tout en continuant de supprimer les pauses pipi des ouvriers dans les usines pour gratter 1% de productivité (#rageux#stéréotype) ^^
  2. Avatar
    Perso je fais toujours gaffe au prix/kg-litre quand je fais mes courses surtout sur les promos. C'est pas le seul critère mais ça me donne une idée.
    J'ai vu cette semaine des promos sur des capsules Dolce Gusto. A priori le prix est intéressant (2.50€) mais en fait il s'agit de boites de 12 contre 16 habituellement.
    En promo la boite est à 2.40€ soit 20cts la capsule (au lieu de 0.30cts) mais si on compare à une boite normale la réduction est beaucoup plus faible donc méfiance.
    Avatar
    Pour info certaines variétés de dolce gusto sont par boîte de 12 depuis le début de leur commercialisation (Pérou, etc) car café et goût plus rare donc moins de capsules. Les goûts normaux sont toujours par 16 (aroma, lungo) ou par 30...
    Cette marque n'a jamais changé cela...
  3. Avatar
    Toujours regarder le prix au kilo/litre..même les MDD le font..pas que les marques nationales..tous des escrocs..ils l ont toujours mais on en parle que maintenant
    Avatar
    Oui, des fois, par habitude, je ne regarde meme pas le prix de l'article. Je sais combien il vaut au kilo, et cela aide à faire des économies tte l'année. Cela permet aussi d'éviter plein d'arnaques.
  4. Avatar
    oui exactement je vous donne un petit exemple. je travaille en grand distribution et j'ai remarqué que Yoplait a réduit le grammage des bouteille de yop de 850G à 825G toute en augmentant le prix d'achat. le client en aucun cas remarquait la réduction du poids mais il a bien remarqué l'augmentation du prix. Chaque matin je remplis le rayon yop, je vous assure que dès la première fois j'avais remarqué qu'il manquait 25 grammes dans la bouteille et ils ont aussi changer la rigidité et la solidité l'amballage mais ça ce n'est pas un problème en soit. donc triple économie: sur l'amballage le poids et le prix augmenté. et ils ont laissé le format 850G juste pour les promos. (modifié)
    Avatar
    Tant que le client achète....
  5. Avatar
    Je connaissais pas le terme mais je l'avait déjà remarqué.

    Les bouteilles de lait que je prenais pour les biberons de mon fils... D'un seul coup la bouteille tenait plus la semaine alors que je fais des biberons au ml. J'ai changé de marque pour retrouver la contenance habituelle.
  6. Avatar
    C'est vieux depuis que le commerce existe... Lorsqu'il y a inflation, les entreprises jouent d'ingéniosité pour berner les consommateurs. Par exemple, le prix reste le même mais l'emballage / le poids a rapetissé.
    Avatar
    Je dirais même + que ça s'appelle la réduflation.
  7. Avatar
    Je ne vois pas l’intérêt de cette discussion.
    Le prix est toujours indiqué sur une unité quantifiable (litre, kilo, unité…), suffit juste de regarder cette valeur (ça fait 20 ans que je ne regarde plus le prix des produits mais le prix par quantité).
    Avatar
    Auteur(e)
    Tout le monde ne le fait pas. On achète certains produits par habitude sans se rendre compte qu'on te rogne de la quantité de produit (les kiris qui perdent quelques grammes par portion, les bouteilles qui perdent qq cl....) C'est à mon sens un point important à prendre en compte pour les consommateurs qui n'ont pas forcément l'habitude de regarder le prix au kilo/litre de ce qu'ils achètent.
  8. Avatar
    Il faut remettre les poids  standard 250g, 500g,1kg pareillement pour les liquides 33 cl 0.5L 1L 1.5L et 2L faut arrêter de laisser aux industriels la main libre ils en abusent trop.
  9. Avatar
    " l'industrie alimentaire" fait des marges minables. Les prix sont tirés vers le bas par les distributeurs organisés en centrale d'achat. C'est vraiment pas les grands méchants de l'histoire. Mais Bref...

    Cest une idée qui n'est pas si bête.
  10. Avatar
    Outre cette pratique il y à aussi parfois des quantités non respectées. Je me suis amusé une fois à peser certains articles pour voir. Un paquet de pâtes indiqué à 500g qui pesait 400-425g.
    Un autre produit d'1kg était pesé à 900g (sur plusieurs paquets différents...) Du coup on paye encore plus cher pour moins vu qu'on fait confiance au paquet et au soit disant grammage indiqué...
    Avatar
    Légalement tu peux demander l'échange. Mais bon... Qui le fait pour un paquet de pâtes...
  11. Avatar
    Coucou,

    L'objectif en faisant ça, c'est de baisser les coûts de production, pas d'arnaquer le consommateur (enfin en théorie ).

    D'un côté tu as les producteurs agricoles qui ont besoin d'augmenter leurs prix s'ils veulent pas bosser à perte; et de l'autre côté tu as les négociateurs de la grande distribution qui cherchent chaque année à baisser le prix d'achat (tout en augmentant le prix de vente, parce qu'ils sont malins ) avec la menace de ne plus acheter tes produits (au revoir volvic, badoit, etc)

    Et au milieu tu as les conseils d'administration des groupes agro-alimentaires qui demandent de baisser les coûts chaque année d'environ 2%, pour pouvoir rémunérer les actionnaires.

    Voilà voilà... Moi perso, après 20 ans à travailler là-dedans, j'ai tout plaqué et je me suis mis à mon compte dans l'informatique, parce que cette situation est juste invivable, et conduira fatalement à des fermetures d'usines et des licenciements massifs.
    (bon par contre, c'est pas rose non plus en informatique... mince alors... )

    Bref, ça serait un peu réducteur de n'accuser que l'industrie agro-alimentaire...


    ps : @Alban69 félicitations, maintenant je te déteste officiellement pour m'avoir fait prendre leur défense
  12. Avatar
    Ce système de réduction de produit n'est pas une nouveauté
    Avatar
    Oui, d'ailleurs, c'est un principe de base pour certaines marques qui voulaient se positionner un peu haut de gamme, sans afficher des prix bloquants.
    "Innocent" par exemple. Quand ils sont arrivés sur les jus de fruits frais, ils ont fait les jus en 900ML et les smoothie en 600 ou 700ml. Les 2 s'affichent entre 2 et 3€. S'ils vendaient un littre, ils dépasseraient des seuils psychologiques et le produit peinerait à se vendre (modifié)
  13. Avatar
    C'est pas nouveau. Les faux-fonds pour les pots de yaourt, les bouteilles aux côtés concaves, les tablettes de chocolat plus fines, l'ajout de sauces et autres vinaigrettes dans les plats préparés pour compenser la diminution de masse "sèche"...

    Le problème, c'est que si une marque relativement honnête ne le fait pas, ses concurrents moins scrupuleux le feront, et elle perdra des parts de marché.
  14. Avatar
    Je l ai remarqué aussi dans les pâtisseries en boulangerie. Les gateaux (éclairs, mille feuilles...) paraissent de plus en plus petits et les prix augmentent...
  15. Avatar
    Le prix au kilo sera une donnée qui n'aura plus de sens si cette tendance continue...il deviendra impossible de comparer puisque tous les produits seront concernés
  16. Avatar
    Pratique bien connue depuis longtemps sauf que la taille de l emballage ne changeait pas. Mais maintenant que le grammage baisse parfois significativement cela se voit...Chocapic, Rana, boîte de lait en poudre a 700g. Les champions étant les marchands de glace qui étaient passé du poids peu flatteur au volume, pratique quand on vend surtout de l air... Et surtout les distributeurs poussent les industriels a le faire car il ne veulent pas de hausses de prix! merci Michel E. L.
    Avatar
    Ok mais on est pas con Michel sait parfaitement que ça va se voir
  17. Avatar
    Totalement d’accord, il faudrait communiquer davantage sur ces marques qui font du profit de cette manière et qui sont pour moi des voyous!
Avatar
Discussions
Marchands populaires