Deliveroo, c'est encore meilleur sous-traité :)

13
13 novembreÉdité par:"Lepoulpe"
La police a mené une opération de contrôle des livreurs à vélo, ce mardi 12 novembre, à Nantes. Huit ont été contrôlés, six étaient des sous-traitants !

Autrement dit, c’est de l’exploitation de la misère. Le sujet embarrassait les militants qui soutiennent les migrants. Le principe est évidemment révoltant, mais il permet à quelques exilés de trouver de quoi manger. « C’est dégueulasse, soupirait un livreur nantais. Mais un homme qui n’a pas le droit de travailler et pas de quoi manger, 100, 200 ou 300 € par mois, il ne les refuse pas. Et certains vous diront que c’est mieux que rien. » Compliqué.


1746820.jpg
Informations supplémentaires
Blabla

Groupes

13 commentaires
Je ne connais pas personnellement cette enquête, je ne peux donc pas la commenter...

26763872-P5mD9.jpg
Édité par "Koud10" 13 novembre
En quelque sorte, des personnes ouvrés un compte pour faire de la livraison, et sous-traité le travail a des gens qui n'ont pas le droit de travailler sur le territoire français.

S'il n'ont pas le droit de travailler en France c'est donc qu'il n'ont pas de titre pour y travailler. Précarité ou pas, quand tu n'as pas le droit de travailler, tu ne travaille pas.

Je suis en train de faire mes études au Québec, je n'est pas le droit de travailler + de 20h semaine.(ce qui rend difficile la recherche car comme il y a une pénurie de main d’œuvre, la plupart des employeurs cherche plus que 20h) Si je ne respecte pas cette condition sa peut mettre en péril le fait d’être au Québec (je peut être expulsé et même interdit de territoire)

il y a des règles a respecter c'est pour les respecter.


S'il veulent travailler qu'il vont dans un pays ou il ont un status légal qui les autorise a travailler.
Édité par "jack47" 13 novembre
jack4713/11/2019 19:00

En quelque sorte, des personnes ouvrés un compte pour faire de la …En quelque sorte, des personnes ouvrés un compte pour faire de la livraison, et sous-traité le travail a des gens qui n'ont pas le droit de travailler sur le territoire français.S'il n'ont pas le droit de travailler en France c'est donc qu'il n'ont pas de titre pour y travailler. Précarité ou pas, quand tu n'as pas le droit de travailler, tu ne travaille pas.Je suis en train de faire mes études au Québec, je n'est pas le droit de travailler + de 20h semaine.(ce qui rend difficile la recherche car comme il y a une pénurie de main d’œuvre, la plupart des employeurs cherche plus que 20h) Si je ne respecte pas cette condition sa peut mettre en péril le fait d’être au Québec (je peut être expulsé et même interdit de territoire)il y a des règles a respecter c'est pour les respecter.S'il veulent travailler qu'il vont dans un pays ou il ont un status légal qui les autorise a travailler.


Je te rassure, la législation est grosso modo la même que tu ce que tu racontes en France.
Si tu es immigrant et que tu n'as pas droit de travailler et que tu travailles quand même je pense que tu t'exposes pareil à te faire expulser et tu dois même risquer une interdiction du territoire.
Après il y a la règle et la pratique...

Est-ce que le niveau de Français a baissé de la même manière au Quebec qu'en France ou bien à présent il nous enterrent dans la maîtrise de la langue?
Lepoulpe13/11/2019 19:10

Je te rassure, la législation est grosso modo la même que tu ce que tu r …Je te rassure, la législation est grosso modo la même que tu ce que tu racontes en France.Si tu es immigrant et que tu n'as pas droit de travailler et que tu travailles quand même je pense que tu t'exposes pareil à te faire expulser et tu dois même risquer une interdiction du territoire.Après il y a la règle et la pratique...Est-ce que le niveau de Français a baissé de la même manière au Quebec qu'en France ou bien à présent il nous enterrent dans la maîtrise de la langue?



oui voila après il y a la théorie et pratique.

Au canada, il font la pratique(pour cela que je fais attention, car j'aimerais rester pour y vivre). En France c'est surtout de la théorie car même si tu ne respecte pas les règles, tu trouvera toujours une association ou autre pour trouver une excuse. (comme l'article, ou les gens râle d’empêcher les gens interdit de travailler de travailler)

Si tu parle de ma façon d'écrire (si c'est pas le cas désoler ). Le français est bien mieux ici qu'en France (et je parle même pas de la facon de parle de certain jeune, actuellement, en France. Ou encore que plein de chose est anglicisé en France. (d’ailleurs au québec il y a une loi pour sa, c'est pour sa que KFC c'est PFK)
Avant d'emmerder des gens qui travaillent, qu'ils aient le droit ou pas est un autre pb, au lieu de voler ou crever la bouche ouverte dans le caniveau, peut-être faudrait-il aller voir les gentils français qui les exploitent en leur "sous-louant" leurs comptes Deliveroo.

C'est toujours plus simple de s'attaquer aux plus faibles et de regarder ailleurs.
Pendant ce temps 3 millions de chômeurs en France que les patrons rêveraient de payer comme un sans-papier.
Marx l'avait dit: l'immigration est l'outil des patrons pour faire pression sur les salariés.
Après vous aurez toujours des bonnes âmes pour venir pleurer sur les conséquences dont ils chérissent les causes.
Édité par "jul.jet.1" 13 novembre
En clair, je résume: les demandeurs d'asile n'ont pas le droit de travailler (en tout cas pas avant une certaine période), mais les Français (de souche s'entend bien sûr... je suis ironique dans mes propos bien entendu ;)) se plaignent qu'ils ne bossent pas et qu'ils profitent des aides sans travailler (chose que les mêmes Français de souche bien sûr ne font pas, ce n'est pas dans leur éthique...). Faut croire tout de même que ces aides sont insuffisantes pour qu'ils se sentent obligés d'accepter ces salaires misérables, et qui de plus les exposent à une expulsion...
Au Québec, où j'ai eu le plaisir de voyager il y a quelques années, ça me faisait marrer le jusquauboutisme de l'antianglais, avec par ex les coussinsde sécuritégonflables au lieu d'airbags. Ce qui m'a embêté le plus dans la conduite était le mot "arrêt" à la place de "stop", je ne savais pas si je devais faire un cédez-le-passage ou m'arrêter complètement Et dès que tu passes la frontière de l'Ontario, paf le français est strictement interdit (même dans le langage, alors qu'au Québec, ils parlent anglais s'ils veulent).

PS: et ne pas se leurrer, pour le peu que j'en ai vu, la vie quotidienne québecoise s'américanise à vitesse grand V (je ne parle pas de la langue)

jul.jet.113/11/2019 19:51

Pendant ce temps 3 millions de chômeurs en France que les patrons …Pendant ce temps 3 millions de chômeurs en France que les patrons rêveraient de payer comme un sans-papier.Marx l'avait dit: l'immigration est l'outil des patrons pour faire pression sur les salariés.Après vous aurez toujours des bonnes âmes pour venir pleurer sur les conséquences dont ils chérissent les causes.



Viens dans ma région, même pas 5% de chômage, et les entreprises obligées de marcher au ralenti par manque de main d'oeuvre (non qualifiée)
Édité par "seb85" 13 novembre
jack4713/11/2019 19:20

oui voila après il y a la théorie et pratique.Au canada, il font la p …oui voila après il y a la théorie et pratique.Au canada, il font la pratique(pour cela que je fais attention, car j'aimerais rester pour y vivre). En France c'est surtout de la théorie car même si tu ne respecte pas les règles, tu trouvera toujours une association ou autre pour trouver une excuse. (comme l'article, ou les gens râle d’empêcher les gens interdit de travailler de travailler)Si tu parle de ma façon d'écrire (si c'est pas le cas désoler ). Le français est bien mieux ici qu'en France (et je parle même pas de la facon de parle de certain jeune, actuellement, en France. Ou encore que plein de chose est anglicisé en France. (d’ailleurs au québec il y a une loi pour sa, c'est pour sa que KFC c'est PFK)


Un des gros soucis de la France c'est en effet la profusion de lois qui sont en fait appliquées pour une infime partie.
Il en faudrait moins mais qu'on fasse appliquer celles qui existent.
Moi perso je serais même pour aligner les gens qui traversent le passage clouté quand le petit bonhomme est rouge, après évidemment il faut que le petit bonhomme soit piloté intelligemment.

Pour le français je ne te vise pas, je m'interroge simplement à savoir si c'est une fatalité, avant 80% des français de 14 piges écrivaient convenablement le français, aujourd'hui combien à 18 piges, 20% ?

Donc si le Quebec n'avait pas suivi la même pente, quelque part ça serait marrant que le français soit à présent mieux enseigné à l'étranger que dans son pays d'origine.
D'ailleurs j'imagine qu'en Afrique, vu que je suppose qu'ils n'ont pas pris nos nouvelles méthodes d'apprentissage, un africain francophone au niveau du baccalauréat doit aujourd'hui probablement mieux maîtriser la langue qu'un français de même niveau. En tous cas c'est marrant parce qu'ils ont conservé du vocabulaire qui à nous nous appairait désuet mais qui donne tout de même un sacré style.
Édité par "Lepoulpe" 13 novembre
seb8513/11/2019 19:55

En clair, je résume: les demandeurs d'asile n'ont pas le droit de …En clair, je résume: les demandeurs d'asile n'ont pas le droit de travailler (en tout cas pas avant une certaine période), mais les Français (de souche s'entend bien sûr... je suis ironique dans mes propos bien entendu ;)) se plaignent qu'ils ne bossent pas et qu'ils profitent des aides sans travailler (chose que les mêmes Français de souche bien sûr ne font pas, ce n'est pas dans leur éthique...). Faut croire tout de même que ces aides sont insuffisantes pour qu'ils se sentent obligés d'accepter ces salaires misérables, et qui de plus les exposent à une expulsion...


Pour chopper un titre de séjour on va te demander 24 bulletins de paie, et pour avoir un job réglo on va te demander un titre de séjour.... Ça certains le savent et en font business...
lanouvellerepublique.fr/tou…mes


Dans l'affaire Cahuzac, il y avait un fait qui n'avait pas fait les gros titres, c'était la philippine clandestine qu'il employait comme employée de maison, malheureusement on ne sait pas si les journalistes ont investigué pour savoir quel salaire lui était dévolu.


Edit : Ah bah si on sait au final :
ladepeche.fr/art…tml
Il la payait 6€25 de l'heure, charges incluses ...
Édité par "Lepoulpe" 13 novembre
Lepoulpe13/11/2019 19:59

Donc si le Quebec n'avait pas suivi la même pente, quelque part ça serait m …Donc si le Quebec n'avait pas suivi la même pente, quelque part ça serait marrant que le français soit à présent mieux enseigné à l'étranger que dans son pays d'origine.


la baisse du seuil d'exigence et du niveau intellectuel est une épidémie qui a atteint toute la planète malheureusement. quant au Québec, je pense que tu t'en fais une fausse idée comme beaucoup de français. non, ils ne prônent pas, ni ne parlent un français châtié d'un autre temps. leur parler est rudimentaire, leur vocabulaire très restreint, énormément de mots français simplifiés sur le même mode que la langue anglaise, beaucoup d'argot anglais se glisse dans leurs phrases, un tutoitement systématique à l'américaine. et oui sinon, quelques expressions folkloriques qui leur appartiennent. pour comprendre, il faut s'imaginer du français calqué sur l'anglais parlé aux USA. le débit est très similaire, la simplification des mots comme je le disais, aller à l'essentiel pour se faire comprendre - les français passent souvent pour pédants et prétentieux lorsqu'ils se mettent à débattre à renfort de mots qui leur échappent. c'est pas pour autant qu'ils sont à blâmer, loin de là. ils ont préservé le français autant que faire se peut, leur français finalement puisqu'il est complètement dénaturé comparé au nôtre (c'est dur à accepter mais il faut concevoir qu'une langage puisse avoir plusieurs "couleurs" en fonction du pays où il est parlé). il faut également comprendre que les québécois forment une sorte d'enclave en Amérique du Nord. le Québec n'est même pas intégralement francophone, il y a à présent plus d'anglophones que de francophones à Montréal par exemple (proportion de 60/40 environ), sachant que les québécois parlent l'anglais couramment, baignent dans la culture américaine (ce sont des américains) et sont entourés d'anglophones. en revanche, si on parle de civisme et de respect des règles, on est à l'extrême opposé de la France. ils sont très protectionnistes et ne tolèrent aucun écart, ce qui n'est pas forcément une mauvaise chose. c'est ancré dans leur gènes, personne ne trouve rien à y redire. on ne défie pas l'autorité là-bas, sous peine de très gros ennuis. comme le disait jack47, tu peux te faire expulser du pays pour trois fois rien. et ils ne font aucune distinction entre les étrangers de pays en voie de développement et les français (ou européens) qui présentent bien. pour un certificat expiré ou une banale infraction, tu risques l'expulsion assortie d'une interdiction de territoire de plusieurs années. tu n'as pas les mêmes droits que les canadiens non plus et je trouve ça plutôt normal. la préférence nationale n'est même pas un débat, ça les ferait bien rire de voir nos interminables discussions. à partir du moment où c'est leur pays, ils estiment qu'ils ont naturellement la priorité à tous les niveaux, notamment pour l'emploi et le recrutement. je trouve pas ça choquant... mais personnellement, je n'y vivrais pas pour tout un tas de raisons, le mode de vie est très particulier au Canada, les gens vivent pour travailler, la "douceur de vivre" comme on la connait est inexistante, c'est vraiment une dimension parallèle.
Édité par "montbell" 13 novembre
montbell13/11/2019 21:17

la baisse du seuil d'exigence et du niveau intellectuel est une épidémie q …la baisse du seuil d'exigence et du niveau intellectuel est une épidémie qui a atteint toute la planète malheureusement. quant au Québec, je pense que tu t'en fais une fausse idée comme beaucoup de français. non, ils ne prônent pas, ni ne parlent un français châtié d'un autre temps. leur parler est rudimentaire, leur vocabulaire très restreint, énormément de mots français simplifiés sur le même mode que la langue anglaise, beaucoup d'argot anglais se glisse dans leurs phrases, un tutoitement systématique à l'américaine. et oui sinon, quelques expressions folkloriques qui leur appartiennent. pour comprendre, il faut s'imaginer du français calqué sur l'anglais parlé aux USA. le débit est très similaire, la simplification des mots comme je le disais, aller à l'essentiel pour se faire comprendre - les français passent souvent pour pédants et prétentieux lorsqu'ils se mettent à débattre à renfort de mots qui leur échappent. c'est pas pour autant qu'ils sont à blâmer, loin de là. ils ont préservé le français autant que faire se peut, leur français finalement puisqu'il est complètement dénaturé comparé au nôtre (c'est dur à accepter mais il faut concevoir qu'une langage puisse avoir plusieurs "couleurs" en fonction du pays où il est parlé). il faut également comprendre que les québécois forment une sorte d'enclave en Amérique du Nord. le Québec n'est même pas intégralement francophone, il y a à présent plus d'anglophones que de francophones à Montréal par exemple (proportion de 60/40 environ), sachant que les québécois parlent l'anglais couramment, baignent dans la culture américaine (ce sont des américains) et sont entourés d'anglophones. en revanche, si on parle de civisme et de respect des règles, on est à l'extrême opposé de la France. ils sont très protectionnistes et ne tolèrent aucun écart, ce qui n'est pas forcément une mauvaise chose. c'est ancré dans leur gènes, personne ne trouve rien à y redire. on ne défie pas l'autorité là-bas, sous peine de très gros ennuis. comme le disait jack47, tu peux te faire expulser du pays pour trois fois rien. et ils ne font aucune distinction entre les étrangers de pays en voie de développement et les français (ou européens) qui présentent bien. pour un certificat expiré ou une banale infraction, tu risques l'expulsion assortie d'une interdiction de territoire de plusieurs années. tu n'as pas les mêmes droits que les canadiens non plus et je trouve ça plutôt normal. la préférence nationale n'est même pas un débat, ça les ferait bien rire de voir nos interminables discussions. à partir du moment où c'est leur pays, ils estiment qu'ils ont naturellement la priorité à tous les niveaux, notamment pour l'emploi et le recrutement. je trouve pas ça choquant... mais personnellement, je n'y vivrais pas pour tout un tas de raisons, le mode de vie est très particulier au Canada, les gens vivent pour travailler, la "douceur de vivre" comme on la connait est inexistante, c'est vraiment une dimension parallèle.


Ils ne vivraient pas plutôt avant tout pour faire du $ plutôt que pour travailler, travailler étant plus le moyen d'amasser les $ que le vértitable but en soi.

Aux USA cette obsession de faire de la monnaie m'avait quelque peu interpellé, ils me faisaient limite pitié, même les gens avec un très haut niveau d'études. Là bas je me suis dit que que même les français qui n'ont jamais suivi de cours de philo de leur vie en sont toutefois imprégnés culturellement, chez les ricains l'absence de cette culture philosophique était patente.

NB :c'est chez les Africains que je faisais référence à un français châtié
Lepoulpe13/11/2019 21:48

Ils ne vivraient pas plutôt avant tout pour faire du $ plutôt que pour t …Ils ne vivraient pas plutôt avant tout pour faire du $ plutôt que pour travailler, travailler étant plus le moyen d'amasser les $ que le vértitable but en soi. Aux USA cette obsession de faire de la monnaie m'avait quelque peu interpellé, ils me faisaient limite pitié, même les gens avec un très haut niveau d'études. Là bas je me suis dit que que même les français qui n'ont jamais suivi de cours de philo de leur vie en sont toutefois imprégnés culturellement, chez les ricains l'absence de cette culture philosophique était patente. NB :c'est chez les Africains que je faisais référence à un français châtié


c'est ce que j'entendais par là en disant qu'ils vivent pour travailler. je dis souvent,à titre de comparaison, que les américains vivent pour travailler alors que les français travaillent pour vivre. c'est vrai qu'ils ont l'obsession de faire du cash et les canadiens ne dérogent pas à la règle. mais les américains ont aussi une culture du travail qui n'existe pas ici. ça relève presque de la religion chez eux. quelqu'un qui bénéficie du welfare est marginalisé, alors que chez nous, c'est pas la mort d'être au chômage. comme tu dis, et c'est pour ça que je pourrais pas vivre en Amérique du nord, c'est qu'ils ont très peu de curiosité et de références culturelles, aucun sens du goût et la sophistication (un random joe d'ici passerait pour quelqu'un de raffiné là-bas)... j'ai beaucoup de mal avec leur enthousiasme super fake avec leur OMG, AMAZINGGGG, WHOAAAA etc... mais à coté de ça, il faut bien admettre qu'ils ont un mental fort et qu'ils sont déterminés, c'est pas un peuple qui se laisse abattre comme nous.
Édité par "montbell" 13 novembre
montbell13/11/2019 22:12

c'est ce que j'entendais par là en disant qu'ils vivent pour travailler. …c'est ce que j'entendais par là en disant qu'ils vivent pour travailler. je dis souvent,à titre de comparaison, que les américains vivent pour travailler alors que les français travaillent pour vivre. c'est vrai qu'ils ont l'obsession de faire du cash et les canadiens ne dérogent pas à la règle. mais les américains ont aussi une culture du travail qui n'existe pas ici. ça relève presque de la religion chez eux. quelqu'un qui bénéficie du welfare est marginalisé, alors que chez nous, c'est pas la mort d'être au chômage. comme tu dis, et c'est pour ça que je pourrais pas vivre en Amérique du nord, c'est qu'ils ont très peu de curiosité et de références culturelles, aucun sens du goût et la sophistication (un random joe d'ici passerait pour quelqu'un de raffiné là-bas)... j'ai beaucoup de mal avec leur enthousiasme super fake avec leur OMG, AMAZINGGGG, WHOAAAA etc... mais à coté de ça, il faut bien admettre qu'ils ont un mental fort et qu'ils sont déterminés, c'est pas un peuple qui se laisse abattre comme nous.


Je partage ton avis.
Le sens de mon propos était de dire qu'on peut tout à fait valoriser le travail sans pour autant le valoriser parce qu'en découle une rémunération.

Quelque part la phrase du président "Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires"" ce sont sur des ressorts très américains qu'elle repose, c'est ça LE Modèle chez eux being a billionaire.
La formulation française de l'idée je trouve aurait été "il faut que des jeunes Français aient envie de monter une entreprise qui fera date", devenir milliardaire étant une conséquence de la chose et non le but...

Si tu n'as pas vu le docu «American Factory», tu le trouveras intéressant je pense, notamment pour la confrontation culturelle du travailleur chinois et du travailleur américain.
Laisser un commentaire
Avatar
@
    Texte

    Discussions